Sur les chemins de Séfarad

Cinq siècles après l’expulsion des Juifs d’Espagne, le pays veut mettre en valeur son héritage hébreu. La red de juderías de España (« réseau de quartiers juifs d’Espagne », en castillan) regroupe dix-neuf municipalités, dont Cordoue, Barcelone, Majorque, Tolède et Ségovie, qui restaurent depuis vingt ans des maisons, des rues, des palais et d’autres bâtiments d’époque séfarade. Situés dans les vieilles-villes, ces quartiers historiques se caractérisent par un dédale de rues étroites et escarpées, bordées de maisons en adobe avec des poutres en bois et des tuiles romaines. Bien que les synagogues aient été reconverties en églises, les vestiges des temples hébreux sont toujours observables. À noter, que la communauté juive y est quasiment absente de nos jours : seuls 15 000 d’entre eux sont présents en Espagne contre 600 000 en France.

Chaque ville propose un itinéraire culturel, gastronomique et touristique unique. Désormais, plusieurs restaurants sont spécialisés dans la gastronomie séfarade et des vignobles ainsi que des caves à vins produisent du rioja casher. Certains antiquaires vendent des objets d’époque et de nombreuses boutiques réalisent de l’artisanat (bijoux, cuir, et.) inspiré du style Hébreu ibérique. Pour faire découvrir l’histoire, le patrimoine et les traditions de l’Espagne hébraïque, tout au long de l’année, les municipalités organisent nombre d’événements, comme des festivals de musique.

L’ambition de ces villes et villages est de créer un réseau similaire à celui du chemin de Saint- Jacques. Dans chaque commune, des balisages signalent les itinéraires vers les quartiers hébreux et on met à disposition du visiteur un passeport qu’il fait tamponner dans les offices de tourismes, les lieux de culte et les musées juifs.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*