Le renouveau du pèlerinage à Bethléem

L’inauguration en 2017 de The Walled off Hotel, l’établissement conçu par le street-artiste Banksy, a donné un coup de pouce à la présumée ville de naissance du Christ. En 2002, la construction du mur de séparation israélien plongea Bethléem dans une crise économique. En signe de protestation, Bansky a ouvert cet hôtel situé à 5 mètres de l’énorme mur en béton décoré aujourd’hui de ses graffitis et coiffé d’une clôture électrifiée. Depuis, le nombre de touristes a grimpé et les produits où l’on imprime des œuvres de Bansky (magnets, tasses, t-shirts…) se mêlent aux souvenirs religieux dans les boutiques. Des étudiants, des collectionneurs et des amateurs d’art en général investissent désormais les rues sacrées de Bethléem.

Le charme des lieux ? Toutes les chambres ont été décorées par Bansky et offrent « l’une des pires vues au monde ». Le prix par nuit oscille entre 30 € pour un lit en dortoir et 800 € pour la suite présidentielle. Le séjour comprend l’entrée au musée dédié à l’histoire de l’occupation israélienne dans les territoires palestiniens et une visite guidée au camp de réfugiés de Dheisheh.

The Walled off Hotel a bouleversé le quotidien des habitants de Bethléem, dont 65 % des revenus locaux sont issus du tourisme. La ville est un lieu de pèlerinage pour les Chrétiens qui viennent se recueillir dans la Basilique de la Nativité, la Grotte du Lait, l’église du Champ des Bergers érigé sur le lieu de l’annonce de la naissance du Christ ou encore la grotte ou saint Jérôme écrit une première Bible en latin. Les Hébreux viennent, quant à eux, se recueillir sur le Tombeau de Rachel.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*