L’étonnante découverte de la cité perdue de Trellech

Ses proches le prenaient pour un fou, le temps lui a donné raison. En 2005, Stuart Wilson a quitté son emploi dans les postes de péage. Archéologue de formation, ce britannique de 39 ans a alors investi toutes ses économies (38 000 €) dans l’achat d’une parcelle de terre au Pays de Galles. Il était persuadé d’y dénicher les vestiges de Trellech. Une ville industrielle du XIIIe siècle spécialisée dans la production de fer qui aurait abrité 10 000 habitants, soit un quart de la population de Londres à cette époque.

Aidé de plusieurs centaines de volontaires, il a inlassablement fouillé le sol jusqu’à enfin découvrir les preuves confirmant sa folle théorie. Les indices ? Un puits, des casseroles, des chaussures en cuir, des poteries et les vestiges d’un manoir, d’une grande tour ronde ainsi que d’autres bâtiments. Après une longue période de scepticisme de la part de la communauté des l’archéologues, il est maintenant écouté sérieusement ainsi qu’invité par la Société archéologique de Cardiff à s’exprimer à l’Université de la ville. Les coûts de son projet, s’élevant à plus de 200 000 €, ont été couverts par de nombreux dons pendant douze ans. Avec les autorités locales et régionales, il essaie d’ouvrir Trellech au tourisme.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*