Ferrari offre une seconde vie à ses vieux modèles

La vente de voitures de collection connaît un véritable essor. La marque Ferrari est en tête de ce juteux marché, ayant construit 13 des 15 modèles vendus parmi les plus chers de l’histoire. La dernière en date, une 335 S Spider-Scaglietti de 1957, a atteint 32 millions au cours d’une vente aux enchères à Paris en février 2016. Mais pour arriver à des telles sommes, le véhicule doit se trouver dans un état exceptionnel et disposer également d’un certificat d’authenticité. C’est ainsi que la maison italienne a décidé d’inaugurer en 2005 Ferrari Classiche. Une division consacrée à la restauration de voitures historiques (celles de plus de 20 ans) ainsi qu’à la délivrance du certificat d’authenticité. Cette remise à niveau s’effectue à Maranello, siège nord-italien de la compagnie depuis les années 1940. Dans cette petite ville d’à peine 15 000 habitants, les rues sont souvent investies par des Ferrari testés régulièrement par les mécaniciens, les ingénieurs et les clients.

La passion d’Enzo Ferrari (1898-1988), pilote et fondateur de la maison, pour les voitures de course permet aujourd’hui de restaurer, au détail près, les vieux modèles. Il redirigeait minutieusement dans ses rapports les caractéristiques de chacun de ses modèles : les manipulations exécutées par les ingénieurs et les mécaniciens sur le moteur ou les amortisseurs, des plans de chaque unité pièce par pièce, des plans de montage, etc. À noter que les véhicules étaient tous fabriqués spécifiquement, à la demande de chaque client. Ainsi, lorsqu ́une voiture entre aujourd’hui dans le garage de Ferrari Classiche, le personnel dispose de toute son histoire : date de fabrication, acheteur, problèmes rencontrés et solutions appliquées en réponse, etc. Une restauration complète prend de 12 à 15 mois et coûte entre 300 000 € et 800 000 € selon le modèle et son état. À prévoir, 3 000 € supplémentaires pour le certificat d’authenticité. L’initiative de Ferrari a connu un tel succès que rien qu’en 2016, la compagnie a dû doubler le nombre de techniciens en charge des restaurations.

Les voitures les plus prisées sont les GTO, fabriquées par Ferrari entre 1962 et 1964. Il n’en existe que 37 modèles qui n’atteignent jamais les ventes aux enchères. Les collectionneurs prospectent régulièrement les propriétaires de ces voitures afin de trouver le bon moment pour faire une proposition d’achat, qui oscille entre 43 et 52 millions.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*