Un château pour soigner les policiers à bout du souffle

On l’a appris ce matin : Maggy Biskupski, la présidente du Mouvement des Policiers en Colère (MPC) s’est suicidée. Agée de 36 ans, la gardienne de la paix avait fondé l’association après la dramatique attaque de policiers de Viry-Châtillon en 2016. L’année dernière, ce sont 51 policiers qui ont mis fin à leurs jours. Le Ministère de l’Intérieur avait alors réclamé une « évaluation » des mesures de prévention contre le suicide chez les forces de l’ordre.
Près de Tours, un centre de récupération accueille les policiers victimes de dépression, d’alcoolisme, d’addiction ou autre burn-out. Sur un terrain de plus de 80 hectares et aménagé dans un château, l’établissement de santé Le Courbat, accueille une cinquantaine de policiers en détresse, qui laissent leur uniforme et leur métier au vestiaire pour deux mois. Créé en 1952 par l’Association nationale d’action sociale (ANAS) des personnels de la police, il était à l’origine destiné aux policiers atteints de tuberculose. Aujourd’hui, il vient en aide à des flics devenus fragiles au point de sombrer dans l’alcoolisme et la dépression.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*