Medellín Paris : le fantôme de Pablo Escobar hante la nuit parisienne

À Paris, un bar qui idolâtre l’image de Pablo Escobar et de ses tueurs à gages fait polémique parmi les Colombiens de Paris (et d’outre atlantique). Ils exigent sa fermeture auprès de la maire Anne Hidalgo. Ce weekend, il ont protesté devant le bar.

« Ce mois de novembre 2018, alors que l’on commémore les attentats de 2015, nous apprenons l’ouverture d’un club dans la capitale et nous souhaiterions vous faire part de la terrible sensation que l’annonce a produit en nous, colombiens et colombiennes. » Ainsi débute une pétition que des milliers de Colombiens ont adressée – à travers l’ONG Avaaz – à Anne Hidalgo pour qu’elle ferme le bar Medellín Paris. Inauguré le 14 novembre à la place du Baron, célèbre boîte de nuit de l’avenue Marceau, ce nouveau bar s’inspire de la Colombie version Narcos : du sexe, de la drogue, et de l’argent. Chaque cocktail porte le nom d’un tueur à gages colombien et les barmen sont déguisés en Pablo Escobar. Ajoutez-y une entrée secrète, un accès protégé par le mot de passe « plata o plomo », ainsi qu’une tombe du célèbre narco colombien !

Cette adresse a également fait parler d’elle comme le club qui aura mis fin à la chronique matinale de Frédéric Beigbeder sur France Inter. Lors de son ultime chronique laborieuse, il ne manqua d’ailleurs pas de mentionner le nom de l’établissement. C’est ainsi que les plus curieux sont allés découvrir cette étrange adresse. Comme Carino Soto Velásquez (Candelaria Paris, Les grands Verres), une figure des nuits parisiennes qui s’est indignée devant un concept qui valorise une guerre qui a fait des milliers de morts dans son pays natal. Même la presse colombienne s’est fait écho de cette nouvelle de mauvais goût. « Se retrouver confrontés à ce cynisme à Paris, la ville qui nous accueille, est inadmissible. Les noms des cocktails vendus dans cet endroit sont inacceptables ainsi que les thèmes des fêtes s’y tenant. Osons une analogie d’horreur macabre : imaginez un club mondain qui s’appellerait « Coulibaly et ses amis flingueurs » avec un cocktail nommé « Bloody Mary Bataclan » ou bien « Shots Charlie ». Il serait absolument, et légitimement, interdit d’ouvrir à Paris, ou serait l’objet d’un grand nombre d’accusations en justice », précisent dans leur pétition les Colombiens à Paris. Un hashtag a été créé à l’occasion : #StopMedellínParís.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*