Expo : Paris malgré tout (1944-1968)

Du 21 novembre au 22 avril 2019, le musée Reina Sofia de Madrid propose un parcours au travers de la production artistique de la ville lumière après la Seconde Guerre Mondiale. L’occasion de voir une sélection d’œuvres qui représentent l’apport des artistes étrangers qui ont travaillé à Paris. Avec la guerre froide en toile de fond, leur contribution prétendait moderniser l’image ancienne de l’École de Paris.

L’Espagnol Pablo Picasso, la Portugaise María Helena Vieira da Silva, le Roumain Isidore Isou, la Russe Karskaya, les Chinois Chu Teh-Chun et Zao Wou-Ki… Cette vaste exposition collective aborde l’ambiance artistique dans toute sa complexité à travers les tendances créatives qui ont émergé à Paris à l’intérieur et à l’extérieur de l’École de Paris. Issus de différents domaines comme la peinture, la sculpture, le jazz, la littérature ou le cinéma, ces artistes étrangers ont fait face aux tensions de l’époque, en livrant des approches typiques de l’environnement parisien pour se connecter à la tradition de la modernité internationale sans perdre leur propre identité culturelle.

Certains artistes américains, comme Haywood Bill Rivers ou Herbert Gentry, ont profité de la loi qui finançait les études des anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale. Ils ont également fui les politiques répressives de leur pays. D’autres, comme le Vénézuélien Rafael Soto, ont été encouragés par des bourses et des subventions. Sous la direction du Français Serge Guilbaut, l’agencement des salles d’exposition présente une organisation chronologique intéressante afin d’observer l’évolution des discours et des réponses des artistes aux modes parisiennes et aux pressions politiques ainsi que les variations dans la composition de cet environnement culturel en fonction des événements historiques.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*